Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juillet 2007 7 29 /07 /juillet /2007 14:38


Guerrelang-copie-2.png




Pourquoi parler d’ « apprenant » plutôt que d’ « élève » ? La première fois que le mot d’ « apprenant » est parvenu à mes oreilles, c’était lors de mon tout premier cours de fle. Au début, cela m’a fait sourire, mais mon sourire s’est transformé peu à peu en moue dubitative lorsque j’ai vu que l’ensemble des profs utilisaient le même terme.
 

Je sentais bien qu’il y avait là quelque chose d'anormal, mais je n’arrivais pas à formuler clairement le problème. Jusqu'à ce que récemment je lise La guerre des langages1, un petit texte de Roland Barthes, et là, tout s’est éclairé !
 

Dans ce passage, Barthes révèle que l’utilisation de certains mots à l’exclusion d’autres peut avoir pour origine une basse lutte d’influence entre différents camps. Pour le fle, ces camps sont : les fleistes, les linguistes, les concepteurs du CIEP, les profs de lettres et les gens du commun… Ainsi, chacun a son terme pour désigner la même personne : apprenant, locuteur ou énonciateur (oui, il y a encore des luttes internes entre linguistes), utilisateur et élève.
 

Le terrain par excellence de cette guerre est l’université. Rappelons qu’à l’origine, les études de fle prenaient pour cadre d’autres départements comme ceux de lettres et de linguistique. Mais le fle accédant au succès qu’on lui connaît pris bientôt son indépendance par rapport à ces départements.
 

Cette indépendance a engendré pour les fleistes un désir de reconnaissance et la volonté de montrer leur spécificité vis-à-vis des autres disciplines. Quant aux départements de linguistique et de lettres, cette autonomie était perçue comme une remise en cause de leur propre discipline, jugée insuffisante pour assurer la mission de fle. La jalousie et la rancoeur prirent le pas sur le respect et l’esprit d’ouverture.
 

Une amie qui était en lettre moderne me racontait l’incompréhension haineuse qu’ont certains profs de lettres vis-à-vis du fle. Lorsqu’elle les informa de son projet de faire son master en fle et non en lettres, certains lui répondirent que les cours de fle revenaient de droit aux profs de lettres ! Ce qui montre une rare incompréhension (en même temps qu’une rare bêtise) de ce qu’est le fle par rapport aux lettres.
 

Ce genre de réaction a malheureusement des conséquences concrètes. Discutez avec les secrétaires de vos départements, elles vous diront peut-être le mal qu’elles ont à trouver des salles pour vos cours. Car, lors de l’élaboration des plannings, les départements de fle étant nouvellement créés, ils doivent attendre que les départements plus anciens (et donc plus légitimes !) fassent leur choix. Et ce n’est qu’ensuite que les départements de fle peuvent grappiller ce qui reste. Face à cette situation, avoir ses propres mots permet de s’affirmer dans sa différence et d’acquérir le pouvoir symbolique d’exister (et donc d’avoir des salles pour faire cours !).
 

Un terme comme « apprenant » permet aussi de faire plus sérieux, plus scientifique, vis-à-vis des linguistes, qui ne sont pas en reste en matière de rancœur. Cela permet également d’exister par rapport au grand public, dont tout ce petit monde universitaire a pour point commun de ne pas vouloir partager le langage.
 

Bref, le mot « apprenant » n’a pas pour objet de mieux comprendre la réalité pédagogique et de vous aider à mieux faire votre travail. Il est le mauvais fruit d’une guerre des langages que se livrent les différentes disciplines au sein du système universitaire. C’est sa seule raison d’être. Et il en va de même pour bon nombre de termes.
 



1 Barthes Roland, La guerre des langages, Œuvres complètes, Seuil, t. II, p. 1610-1613

Partager cet article

Repost 0

commentaires

stéphane 11/05/2011 04:09


L'"apprenant" est une fiction créée par les didacticiens pour créer des modèles de séquences, et toute cette sorte de choses sur lesquelles la réalité de la classe en rabat largement...Pour créer
la relation pédagogique,ou dans le temps de préparation de la classe, il ne m'est à AUCUN moment indifférent que mes "apprenants" soient des enfants du primaire, des adultes immigrés ou des élèves
de collège,...Bref, l'apprenant-type n'existe pas, et je rejoins Marjorie...


anissa 29/04/2011 08:45


complètement d'accord avec Thomas. Apprenant me semble plus adéquat pour la variété "d'élèves" qu"on rencontre lorsqu'on est prof.


Thomas 20/08/2007 11:05

Il me semble au contraire que le mot apprenant a une grande utilité, dans la mesure où il permet de désigner d'un seul mot tous les publics susceptibles d'assister à un cours de FLE : étudiants, écoliers, élèves, adultes possèdent tous des connotations qui en réduisent l'application. Quant aux mots locuteur et énonciateur, ils ne désignent pas spécifiquement des personnes qui apprennent une langue, mais plus généralement tous ceux qui parlent.
Que les guerres de pouvoir soient aussi des guerres de mots, c'est évident ; pour autant ces derniers recouvrent aussi des réalités et des points de vue différents...

marjorie 19/08/2007 20:30

Salut,

c'est mon premier saut sur ce blog (suite à un message sur le forum fle) et j'apprécie. Pour moi "apprenant" permet d'éviter d'utiliser "élève" qui fait un peu trop "rajeunissant". Un élève c'est un écolier. Perso, j'appelle les miens "étudiants" ils aiment ce côté sérieux.

Présentation

  • : ACIDE FLE
  • : Blog d’un prof de Français Langue Etrangère (FLE) proposant ses idées de cours ainsi que ses réflexions sur le métier de prof.
  • Contact

Recherche

Archives

Pages

Liens