Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 août 2007 4 23 /08 /août /2007 09:47


C’est assez difficile car le FLE bénéficie d’une absence de reconnaissance assez remarquable de la part de l’éducation nationale. C’est bien connu, lorsqu’un prof de FLE décline sa profession, on lui répond toujours « Prof de quoi ? ». Toute personne raisonnable vous dira qu’il faut mettre en place un Capes de FLE car les besoins sont réels.
De nombreux étrangers viennent s’installer en France et réclament des cours de FLE, particulièrement pour leurs enfants. Or, jusqu’à présent, ces cours ont toujours été pris en charge par des profs de français classique. Autant dire que le premier cours est consacré à l’accord du participe passé avec avoir alors que les élèves ne savent même pas dire bonjour. Voici le témoignage paru sur Edufle de Virginie, prof d’histoire-géo qui rencontre le problème :
 

« Bonjour, Je suis actuellement professeur d’histoire-géographie, et je m’intéresse au FLE pour une raison très précise : beaucoup des parents de mes élèves, et notamment les mamans, ne maîtrisent pas bien le français. Ils ne peuvent donc pas les aider à l’école, et bien souvent n’y mettent jamais les pieds, ne se présentent jamais aux réunions parents / professeurs... J’envisage donc de faire du bénévolat pour donner des cours aux migrants. Pouvez-vous me conseiller une formation (courte si possible, je travaille à plein temps !) qui me donne les bases de la didactique du FLE, et qui soit adaptée à ce public spécifique ? De +, si ça se passe bien, savez-vous si l’éducation nationale peut me détacher quelques heures par semaine dans une asso ou une collectivité territoriale ? Merci ! »
 

On voit ici le problème du FLE en France dans toute sa splendeur. Virginie souhaite donner des cours bénévolement ainsi que suivre une formation en FLE « courte si possible » parce qu’elle « travaille à plein temps ! ». Bien que je sache pertinemment que telle n’est pas son intention, il est difficile pour les profs de FLE de ne pas prendre ce genre de déclaration comme une grande marque de mépris.
Car cela semble suggérer qu’il existerait des disciplines nobles comme l’histoire nécessitant au moins une licence, et le plus souvent une maîtrise, ainsi qu’un capes ou une agrégation pour pouvoir être enseignées. Et à côté, il existerait des sous-disciplines comme le FLE qui pourraient tout à fait se satisfaire d’une formation « courte » et du bénévolat.
 

Mais que dirait Virginie si, en arrivant un beau matin dans son établissement, elle me trouvait dans sa classe d’histoire-géo et que je lui dise : « Ah ? On t’a pas prévenue ? En fait, j’ai suivi une formation courte pour être prof d’histoire-géo. Maintenant, je suis prêt et je te remplace, et ce à titre bénévole. Donc c’est bon, on n’a plus besoin de toi. Je suppose que tu es contente, parce que maintenant que tu n’es plus à plein temps, tu vas pouvoir te lancer à corps perdu dans une formation de FLE aussi longue que tu le souhaiteras. Plutôt cool non ? »
Sans doute qu’elle serait un peu énervée, eh bien, nous aussi, on est un peu énervés quand on voit des gens faire notre boulot sans formation et bénévolement. Mais le pire dans l’histoire, c’est que je ne peux même pas lui en vouloir parce qu’elle ne fait qu’un geste humain que je ferais sans doute moi-même si j'étais dans sa situation.
 

J’ai une autre anecdote, il se trouve que j’ai fait un stage dans une association ayant pour particularité de rassembler exclusivement des profs à la retraite. Eh bien figurez-vous que ces profs donnaient des cours de FLE parce qu’ils s’ennuyaient à la maison ! Je l’invente pas. Et encore, dans les cas que je cite ici, les gens ont au moins le bon goût d’être profs, parce que vous avez des structures où les bénévoles ne le sont même pas.
 

Donc voilà, en France, le FLE est ou bien un geste humanitaire prodigué bénévolement et par bonté d’âme ou bien un passe temps de retraités en mal d’activités. Comment voulez-vous que les profs de FLE sortent vainqueurs d’une concurrence que même les Chinois ne pourraient pas affronter, parce que même les Chinois travaillent pour un salaire, fût-il de misère !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

buy facebook likes 27/08/2014 08:36

Can't believe you are a new writer!! Bravo! Carry onEE

Robin 17/03/2014 13:38

Mais que d'aigreur, de cynisme et de condescendance, un beau concentré de faiblesse face un raz de marée de DAEFLEistes qui ont bouclé leur diplôme en 8 mois et BOSSENT eux ! A plein temps en pour des institutions privées qui payent plus que bien. Ha ha ha laissez moi rire avec votre article pleurnichard.

Nico 11/08/2011 19:06



Bonjour à toutes et à tous !


Le CAPES de FLE me semble tout à fait... INUTILE !!!!! Encore de la théorie universitaire qui ne mènera strictement nulle part !!!!! Pas besoin de CAPES de FLE pour enseigner cette
discipline : une formation PRATIQUE comme le DAEFLE est bien plus adaptée !


Quant au bénévolat, j'y suis également opposé. En effet, tout travail s'exerçant à la suite d'une formation qualifiante ou diplômante mérite salaire !


Bien cordialement,


Nico.


 



m 17/09/2010 17:55


bonjour, je fais une licence llcer anglais et dans le cadre du ppp je dois réaliser un projet sur le fle (je dispose de 4semaines). j'aimerai savoir si quelqu'un pourrait répondre a quelques unes
de mes questions car je dois faire un "interview" sans lequel mon projet ne serait pas validé. Si quelqu'un veut bien me répondre je donnerai mon email volontier. merci d'avance!


sa nn 09/05/2009 01:24

Bonjour !
oui, on ne donne pas aux profs de fle la place qu'ils méritent.
Par contre, s'il-vous-plait, n'allez pas vous en prendre aux gens qui font ce qu'ils peuvent pour aider d'autres à apprendre leur langue. Que je sache, avant qu'il existe des profs de fle, on a appris le français, parfois très bien. Si les méthodes de fle facilitent la tâche, une personne francophone qui a des idées a déjà bien des atouts pour enseigner sa langue. Comme dans tous les domaines, l'expérience vaut parfois largement le diplôme.

Myriam 10/08/2008 16:43

Bonjour, je trouve ce blog amusant et cet article particulièrement. En effet, il vaut mieux prendre tout cela à la rigolade puisqu'il semble difficile de faire qqch pour le fle! Je me suis bien gondolée aussi en regardant les offres d'emploi et de stages passées au crible sur un site similaire. C'est vrai que les employeurs se moquent du monde. Malheureusement ils savent qu'ils trouveront toujours des pigeons pour s'envoler au bout du monde dans des conditions de travail et de rémunération hallucinantes.
Tout ceci m'inspire toutefois quelques remarques qui ne seront peut-être pas du goût de tout le monde. Certes le fle est dévalorisé et les professionnels ne sont pas reconnus à leur juste valeur mais que dire des filières qui proposent ces formations. Personnellement je trouve qu'une licence et un master pour préparer à être prof de fle c'est quand même une vaste blague. Que fait-on durant ces longues heures scotchés aux bancs de la fac : on brasse du vide, on jongle avec des concepts fumeux et on vernit l'égo de didacticiens (ces losers, pas assez brillants pour la linguistique). Rien de tel en revanche que l'expérience, la seule façon, à mon avis, de se faire la main et de devenir compétent. Je note également l'hypocrisie de ces filières qui se développent comme des champignons alors qu'elles savent pertinemment qu'il n'y a pas de boulot à la sortie. Mais c'est aussi à nous, gens responsables et adultes de ne pas nous engouffrer dans la brèche et de ne pas nous laisser endormir par des rêves d'horizons lointains et d'expériences backpackers.
Dernière remarque : je ne voudrais pas non plus que les professionnels du fle tombent dans une amnésie et une hypocrisie de circonstance. Avant cet engouement récent pour le fle, la horde de profs que les filières ont formés et l'attirail didactique qui en a découlé, beaucoup d'étrangers (que ce soit en France ou à l'étranger) ont appris le français entre les mains de "non-professionnels". Parlent-ils plus mal que la nouvelle génération de bienheureux? Je vous laisse le soin de répondre.

Présentation

  • : ACIDE FLE
  • : Blog d’un prof de Français Langue Etrangère (FLE) proposant ses idées de cours ainsi que ses réflexions sur le métier de prof.
  • Contact

Recherche

Archives

Pages

Liens