Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 décembre 2007 4 27 /12 /décembre /2007 10:45


Qui est Spencer Kagan ? Un chercheur américain dans le domaine de l’éducation qui s’est spécialisé dans l’apprentissage par coopération et dans la création de structures de classe. Il en a environ 200 à son actif présentées dans son ouvrage de référence : Cooperative learning.
 

Cette personne semble être assez célèbre de l’autre côté de l’Atlantique si on se fie aux 9 500 pages consacrées à ce monsieur sur le Web. Et il faut bien admettre que ses structures font énormément réfléchir tant elles sont incroyablement originales par rapport à nos pratiques habituelles.

 
Toutefois, il est assez difficile d’obtenir des informations sur ces structures car ce Kagan n’est pas spécialement prodigue en ce qui concerne ses idées pédagogiques. En fait, il veut bien partager ses structures, mais uniquement avec des profs munis d’une Gold et d’un compte secret en Suisse, ce qui est somme toute assez rare.

 
Pour s’en convaincre, il suffit de visiter son site, kaganonline, où le décor est planté dès la première page avec des offres promotionnelles qui clignotent de partout. En ce moment, 6$ vous sont offerts pour l’achat d’un « Mega Timer » pour chronométrer les activités de vos apprenants. Profitez-en ! C’est une offre qui ne se refuse pas !
 

Enfin bon, ce genre de pratiques commerciales est certainement tout à fait normal aux Etats-Unis. Et c’est sans doute nous qui sommes très bizarres de ne pas nous en mettre plein les poches avec nos idées pédagogiques. Cependant, le libéralisme économique ne peut pas tout, et un grand nombre de personnes connaissent les structures les plus célèbres de Kagan. En voici une demi-douzaine, ce qui est amplement suffisant pour nous faire réfléchir :
 
 
 
1/ TROUVE LA FEINTE !
 
Vous faites des groupes et vous demandez à chaque personne de trouver trois phrases intrigantes sur sa vie. Sur les trois phrases, deux sont vraies et une est fausse. Les autres groupes doivent découvrir la feinte. C’est une activité sympathique mais assez courte.
 
 
 
2/ FAITES LE PERROQUET
 
Vous mettez les apprenants par deux et ils doivent discuter pendant deux minutes sur un sujet en particulier (par exemple, l’interdiction de fumer dans les lieux publics). Puis, vous demandez à chaque duo (par exemple A et B) de faire un groupe avec un autre duo (avec C et D). Ils forment ainsi un groupe de quatre. Ensuite, vous demandez à A et B de se séparer et de former deux nouveaux duos avec respectivement C et D. On obtient alors les nouvelles paires A-C et B-D. Parvenu à ce stade, vous demandez à A de répéter à C ce que B lui a raconté. Vous demandez la même chose à B (qui va rapporter à D ce que A lui a raconté). Et ensuite on inverse, C rapporte à A ce qu’a dit D et idem pour D.
 
Vous aurez compris qu’il faut être limpide lorsque vous donnez les instructions. Je suggère de faire un dessin au tableau.
 
 
 
3/ PARAPHRASE D’ABORD !
 
Vous faites des groupes de six, vous les mettez en cercle. Sur un sujet quelconque, vous demandez au plus jeune de commencer à parler pendant une minute sans interruption à la personne qui se trouve à sa gauche (la personne à qui l’élève parle ne doit donc pas parler). Ensuite, la personne qui était l’interlocuteur parle à son tour pendant une minute (toujours sans interruption) à la personne qui se trouve à sa gauche en paraphrasant ce qu’on vient de lui dire et en ajoutant ensuite sa propre opinion, et ainsi de suite jusqu’à la dernière personne du cercle.
 
Pour cette activité, il est sans doute préférable que le plus fort s’exprime en premier afin d’apporter de l’eau au moulin. Par ailleurs, si vos élèves sont motivés, vous pouvez ne pas fixer d’ordre préétabli et les laisser parler librement, avec la condition de toujours paraphraser ce qu’a dit la personne précédente. L’intérêt de ce genre de structure est de permettre d’éviter que les élèves les plus doués monopolisent la parole. Et elle assure à chacun un temps égal d’expression.
 
 
 
4/ UN COIN, UNE OPINION !
 
Si vous voulez mener un débat, annoncez que trois coins de la salle symboliseront le pour, le contre et l’indécision. Une fois le sujet énoncé, les apprenants se placent dans le coin représentant leurs opinions. Dans une première phase, chaque groupe doit réfléchir ensemble aux arguments pour, contre, ou qui montre qu’on ne peut choisir. Dans une seconde phase, vous mixez les trois groupes et l’échange d’arguments peut commencer.
 
Deux petits bémols cependant : premièrement, il est assez difficile de trouver un sujet suffisamment clivant pour avoir ces trois positions. Il y a un grand risque d’avoir des groupes déséquilibrés. Par ailleurs, le groupe « sans opinion » est un peu bizarre dans ce contexte car quel argument est-il sensé trouver puisque par définition, il n’a pas d’opinion ?
 
 
 
5/ LE DÉBAT EN LIGNE
 
Toujours pour un débat : énoncez un sujet, demandez-leur de réfléchir au sujet et de savoir s’ils sont pour, contre ou indécis. Ensuite, demandez-leur de former une ligne avec à l’extrême gauche les « très pour » et à l’extrême droite les « très contre », bien évidemment, les indécis sont au milieu :
 
+    1      2       3       4       5       6       7       8       9       10     -
 
Ensuite, coupez la ligne en deux et placez le 1 « très pour » devant le 6 indécis ; ainsi que le 5 indécis devant le 10 « très contre ». Ainsi, les opposés pourront tenter de convaincre les indécis :
 
6          7          8          9          10
 
1          2          3          4          5
 
Toutefois, j’ai pu constater que cette structure était assez difficile à manipuler d’abord d’un point de vue purement techniquement. Puisque lorsque vous devez former une ligne avec 25 personnes, vous n’avez pas d’autre choix que d’ouvrir la porte de la salle de classe et de laisser passer un bout de la ligne dans le couloir. Ce qui se révèle être un spectacle bien curieux pour les gens qui passent.
 
Par ailleurs, il n’est pas certain qu’on trouve des gens « très contre » et des gens « très pour » sur un sujet donné, même s’il faut reconnaître que cette structure prend en compte le fait qu’il y a souvent une minorité d’extrêmes et une majorité d’indécis.
 
 
 
6/ LE CADRAN
 
Vous demandez à la moitié de la classe de former un cercle. Vous demandez à l’autre moitié de former un second cercle autour du premier. Chaque élève du premier cercle fait face à un élève du second cercle. Vous avez donc une série de duo disposée en cercle. Ensuite, vous faites une activité où les duos discutent. Puis, vous demandez aux personnes du cercle extérieur de se déplacer de deux crans vers la gauche. Vous avez ainsi des nouvelles paires d’apprenants près pour une seconde activité. Les cercles fonctionnent donc comme le cadran des vieux téléphones : un cercle tourne pendant que l’autre reste immobile.
 
 
 
Enfin, voilà les sources : deux sites en anglais présentant quelques structures de classe de Kagan :
 
Une présentation de Jane Joritz-Nakagawa (Aichi University of Education):
 
 

 

 
Et une présentation de Gary Fortenberry (Monterey High School, Lubbock, Texas) :
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Adam 08/11/2008 08:14

je n'arrive pas a trouver mon commentaire precedent sur cette article?????

Adam 08/11/2008 07:59

J'ai fait l'activite "trouver la feinte" avec ma classe G7 apprenants du francais langue etrangere. Ils ont deja appris les expressions des gouts: "j'aime , je deteste, je trouve..... fascinant...." Ils se demandent: "Parl-nous de tes gouts" la personne demamdee reponds en donnants deux vraies et une fausse. les autres ont a trouver la feinte pour gagner des points pour leurs groupes. cette activite a beaucoup interesse mes eleves.
merci de me donner l'idee M Kagan

Présentation

  • : ACIDE FLE
  • : Blog d’un prof de Français Langue Etrangère (FLE) proposant ses idées de cours ainsi que ses réflexions sur le métier de prof.
  • Contact

Recherche

Archives

Pages

Liens