Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2008 1 20 /10 /octobre /2008 16:45



Emma Marsden a écrit un article qui serait presque capable de me faire changer d'avis sur la grammaire, tant elle laisse entrevoir des perspectives tout à fait enthousiasmantes sur l'enseignement de la grammaire. Ce billet est le libre commentaire de cet article : Marsden E., "Input-based grammar pedagogy : a comparison of two possibilities", Language Learning Journal n°31, 2005, 9-20.

 


Elle prend l'exemple d'un cours sur le passé composé donné à des anglophones. Dans un cours classique sur ce thème, on devrait dire : « Alors, pour former le passé composé, on prend l'auxiliaire avoir (j'ai, tu as, il a, nous avons, vous avez, ils ont) et on l'ajoute au participe passé ». Cette manière de faire suppose de savoir ce que sont un auxiliaire et un participe passé et implique de connaître le verbe avoir. Ce qui pose toujours problème avec des grands débutants qui doivent intégrer en même temps des nouvelles données linguistiques ainsi qu'un nouveau discours grammatical.

 


Pour Emma, c'est plus simple : pour exprimer le passé, ajoutez le son « a » devant le verbe. Génial, non ? Car en effet, si au présent on dit « il mange » et « tu manges », au passé on dira « il a mangé » et « tu as mangé ». Bien entendu, la critique qui vient immédiatement est : « Oui, mais on dit "j'ai mangé, vous avez mangé, nous avons mangé" et "ils ont mangé". Et il n'y a pas de son "a" ! ».

 


Ce à quoi on peut répondre qu'on retrouve bien le son « a » dans avez et avons, ce qui rend donc l'idée à peu près systématique, donc bonne. De plus, le but est de faire comprendre progressivement la construction du passé composé. Et cette idée sous-jacente de progression est à soi seul admirable, et me semble plus importante que tout.

 


Car d'habitude, quand on parle de progression au niveau des temps, on dit juste quelque chose comme : « Vous commencez par le présent, ensuite vous faites le passé, puis le subjonctif, et si vous avez le temps, vous faites le passé antérieur ». Mais c'est là quelque chose d'assez évident. Quel prof ferait naturellement le subjonctif avant le présent ! Le premier venu serait capable d'établir cette progression.

 


Et cette vue trop générale fait que, dans la leçon classique sur le passé composé, il n'y a, en vérité, aucune progression. En une seule fois, on balance à la figure de l'élève l'auxiliaire, le participe passé et le verbe avoir. Ce qui est dur à digérer. Mardsen, quant à elle, ne trace pas de grandes lignes inutiles sur tout le système verbal. Elle reste dans le cadre restreint du passé composé et nous propose une progression digne de ce nom.

 


D'abord, elle introduit l'idée qu'un élément doit être placé devant le verbe (le son « a »). La leçon est partielle, mais elle est si simple que l'élève ne peut que la retenir. Mardsen s'arrête là dans sa progression, néanmoins, il est facile d'imaginer la suite : dans un deuxième temps, on introduit le son « a » suivi de « von » et de « vez » (nous avons, vous avez). Et enfin, dans un troisième temps, les sons irréguliers par rapport au son « a » : « jè » (j'ai) et « zon » (ils ont). Peut-être trouvera-t-on cette progression imparfaite, mais elle a le mérite d'exister et de s'organiser autour d'un axe cohérent : le son « a ».

 


La deuxième étape de la leçon est l'explication des erreurs récurrentes propres aux anglophones. Ainsi, l'enseignante attire l'attention des étudiants sur le fait qu'ils oublient souvent le son « a » et disent il mangé, il mange ou encore tu mangé. Pourquoi ? Parce qu'ils utilisent parfois des mots comme « le week-end dernier » ou « pendant les vacances » qui sont des marques du passé, ce qui les dispensent d'utiliser le passé composé. Ou encore, quelques fois, il y a bien un son « a », mais il vient du verbe lui-même et ne marque donc pas le passé. Ainsi, on entend bien le son « a » dans il achète ou il accepte, mais il ne marque pas le passé. Il faut ajouter encore un « a » pour signifier le passé : il a acheté, il a accepté.

 


Comme on peut le constater, on jette aux orties les leçons prêts-à-porter données devant n'importe quelles classes, quelle que soit la latitude. Le sur-mesure s'impose en prenant en compte l'influence de la langue maternelle des élèves sur leur apprentissage du français. D'entrée de jeu, on les prévient des erreurs classiques avant qu'ils ne les fassent. Ce qui change de la leçon des manuels écrite par des Français pour des Français.

 


Enfin, la dernière étape de la leçon arrive avec ses inévitables exercices de grammaire. Mais cette fois, c'est un peu plus original. On imagine qu'une domestique doit préparer la maison pour recevoir des invités. Il s'agit de déterminer les tâches qu'elle a faites (passé) et ce qu'elle est en train de faire (présent). Pour cela, on propose une série de phrases au présent et au passé composé et il faut évidemment repérer s'il y a un son « a » ou non.

 


On présentera ainsi des phrases comme « La domestique fait les lits » (pas de son « a » devant le verbe, donc présent) ou « Elle a sorti la poubelle » (son « a » devant le verbe, donc passé). On mettra aussi des pièges comme « Elle a acheté les fleurs » ou « Elle arrange les fleurs » avec les sons « a » qui appartiennent aux verbes. Autrement dit, il s'agit juste d'observer les phrases, et en aucun cas de remplir des blancs. Ce qui, pour une fois, nous place du côté de l'input et non plus de l'output.

 


Enfin, ce qui est remarquable dans cette approche, c'est qu'avec cette idée de suivre le son « a » pour enseigner le passé composé, on abandonne la grammaire de l'écrit pour utiliser la grammaire de l'oral. Ce qui permet de se libérer un peu du jargon grammatical pour être juste pragmatique et efficace. Et même si la généralisation de ce principe à tout un manuel ne sera pas fait avant longtemps, des propositions concrètes comme celles d'Emma Marsden nous permettent au moins d'y rêver.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Lucas Duplan on Google Plus 17/09/2014 12:40

Because of the globalization, people now-a-days had necessity to learn much better prospective of english and grammar skills. The above article had explained this aspect in a very good way and I'm glad that I read it. Thanks for the share.

best snoring remedies 10/12/2013 13:19

"There is definitely so much that goes into the learning here. This was altogether a new way of teaching and learning with much impact and I hadn't had grammar learning in this way. You really need to do your homework on this so much here. I see great things coming from it all when you take advantage .

Sroboua 28/03/2014 17:13

I do agree with you. I am not sure this way of learning grammar is effective. The learners will be confused using this grammar learning style

Queen 24/10/2013 17:21

L'idée peut sembler intéressante dans un premier temps mais très vite des doutes s'élèvent.

Quid du passé-composé formé par le verbe "être" par exemple ?

De plus la maîtrise des auxiliaires "être" et "avoir" me semble être nécessaire même aux apprenants débutants, de ce fait, il est grandement utile d'enseigner ces auxiliaires avant d'attaquer le passé-composé.

Stéphanie 14/11/2011 23:48



Je demande à voir les résultats… J’ai du mal à imaginer l’efficacité de ce
saucissonnage du passé composé, mais si vous avez essayé et que ça marche, j’aimerais avoir le récit des résultats obtenus. Personnellement, je trouve que cela complique plus que ça n’aide... Je
serais curieuse de savoir comment elle explique l'utilisation du subjonctif, par exemple.



Emilie 15/05/2010 04:24


bonjour, personnellement je trouve aussi l'idée un peu infantilisante, d'une part parce que pour des adultes, la grammaire n'est pas forcément "barbante" (tout depend la maniere dont on l'enseigne,
c'est vrai) et leur dire : dites "aaa" et apres on met le verbe, et ensuite rajoutez "vooon", j'aurais vraiment l'impression de les prendre pour des idiots! Ils sont capables de comprendre que l'on
utilise le verbe avoir pour le PC. L'idee en elle meme (faciliter l'apprentissage par la phonetique) n'est pas mauvaise, mais je pense qu'il ne faut pas considerer la grammaire comme quelque chose
qui doit etre evitee coute que coute. Moi aussi j'apprends une autre langue et j'estime que je peux comprendre des bases grammaticales sans pour autant passer par des raccourcis. (desolee pour les
accents!)


jenni 06/05/2010 17:06


Je trouve cette idée très infantilisante,
oui la langue française est difficile et sa grammaire encore plus, mais dire à un apprenant d'entendre le son A pour repérer la passé composé .... mais où allons-nous !!!

Donc l'apprenant va effectiveùent sortir de sa bouche le son "A" sans savoir que ce A n'est pas la préposition "à" mais que ce son A, incarne le verbe AVOIR, plus précisément l'Auxiliaire qui sert
à former le passé composé!

C'est vraiment tragique et en tant qu'apprenante j'aurai honte d'apprendre une langue étrangère de la sorte, c'est à dire dans l'ignorance la plus complète,
autant ne pas apprendre de langue du tout et faire appel a un traducteur,lui au moins sait de quoi il parle


les zrofs 23/12/2008 17:55

Salut,

Je ne peux, à la lecture ce billet orthographique, ne pas te donner ce lien :

http://leszrofs.blogspot.com/2008/09/dans-notre-collge.html

missteacher 24/11/2008 14:16

Merci beaucoup pour ce blog très sympathique et instructif. J'enseigne l'anglais, j'étudie le fle et je trouve vos idées intéressantes! Bonne continuation !

benoit 20/11/2008 14:59

Hou comme il fait sombre là-dedans! Plus réac et ignare, tu meurs !
Pour info, le temps des domestiques est révolu depuis quelques temps. Aujourd'hui, on s'éclaire à l'électricité. En didactique aussi. Vous n'avez pas trouvé l'interrupteur, vous :-))

math 28/10/2008 15:23

Pas dégueux... mais le pb c'est quand même qu'il est plus important d'enseigner le PC en commençant avec "je"... donc "ai"...
Théorie encore moins intéressante quand on sait que le son "a" est un calvaire pour les anglophone encore plus que le son "é" ( désolé, j'ai pas le clavier API)... ce qui n'est pas mon pb dans mes cours ici en Thaïlande où le "a" est aussi naturel que... no comment !
Blog super chouette, mais je le trouve trop danse, pas assez aéré ! Bonne route
PS : si tu as des tuyaux pour m'aider à enseigner le subj imparfait... hahaha

Laure 22/10/2008 15:17

Déroutant...mais intéressant ! A tester, et il faudra nous en donner des nouvelles...

Présentation

  • : ACIDE FLE
  • : Blog d’un prof de Français Langue Etrangère (FLE) proposant ses idées de cours ainsi que ses réflexions sur le métier de prof.
  • Contact

Recherche

Archives

Pages

Liens