Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mars 2009 7 08 /03 /mars /2009 10:00



Constatant que les tenants de la suggestopédie nous lancent des tombereaux de chiffres à la figure tout en se référant à bon nombre de théories scientifiques, je souhaiterais consacrer quelques articles à analyser la valeur scientifique de cette méthode. Commençons par les chiffres.



 

On ne sera pas surpris d’apprendre que les premiers à le faire sont les sites commerciaux vendant des cours suggestopèdes où on n’hésite pas à déclarer aux clients : « Apprenez 3 fois plus vite ! ». D’autres, plus ambitieux encore, assurent que le rythme d’apprentissage sera « accéléré de 4 à 8 fois selon les personnes », d’autres, encore plus ambitieux que les plus ambitieux prétendent qu’avec leur méthode, on apprend « dix fois plus en dix fois moins de temps ». Là, c’est comme dans les tours de magie, vous pouvez choisir un numéro au hasard entre 3 et 10.



 

Mais ce n’est pas tout, certains suggestopédagogues soutiennent également que « le taux de mémorisation est de l’ordre de 93% juste après le cours, il est généralement de 100% trois mois plus tard ! Deux ans après, la mémorisation des étudiants descend à 70-80% par manque de pratique. » 



 

On conviendra que conserver 70 à 80 % de connaissance d’une langue après deux ans d’inactivité est proprement miraculeux, et nécessite quelques preuves. Malheureusement, les sectateurs de la suggestopédie ne se réfèrent que très rarement à une étude démontrant l’exactitude de leurs données.



 

Et quand tout de même ils nous rapportent l’une d’entre elles, c’est fait n’importe comment. Par exemple, sur ce document pdf, une étude n’est présentée que de manière partielle : « En 1965, une expérience fut tentée auprès de 15 personnes de 22 à 60 ans ; en une journée ces personnes mémorisèrent 98,08% des 1000 mots d’une langue qu’ils ne connaissaient absolument pas. » 



 

Voilà, c’est tout. Nous ne disposons donc d’aucune information sur le protocole utilisé et, dans ce cas, il est bien difficile de se faire une opinion sur la validité de cette expérience. De plus, les seules précisions qui nous sont fournies, à savoir le nombre et l’âge des sujets, nous amène précisément à douter des résultats de l’expérience tant il paraît peu sérieux de tirer des conclusions générales à partir d’un si petit nombre de sujets.



 

Une deuxième étude fait semblant d'être un peu plus rigoureuse, mais ne semble pas non plus répondre aux normes en vigueur dans les revues scientifiques. Et puis, détail éloquent, elle fut menée par Ludo Timmerman, simple... lecteur en anglais ! Titre qui paraît un peu léger pour réaliser une étude scientifique. Mais je vous laisse juge. 

 


Au final, les références que je cherchais étaient tout simplement localisées sur Wikipédia, dans l’article consacré à la suggestopédie. Cependant, je n’ai pu consulter aucune d’entre elles. Il m’est donc impossible d’accéder aux vrais chiffres et de les juger à l'aune des protocoles utilisés pour les obtenir.



 

En conclusion, je retiens l’étrange incapacité des suggestopédagogues à citer leurs sources, ce qui en dit long sur leur rapport à la science et à ses règles. Mais ça, sur les rapports entre la suggestopédie et la science, croyez-moi, comme on le verra dans les prochains articles, on n’est pas au bout de nos surprises.



 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : ACIDE FLE
  • : Blog d’un prof de Français Langue Etrangère (FLE) proposant ses idées de cours ainsi que ses réflexions sur le métier de prof.
  • Contact

Recherche

Archives

Pages

Liens