Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mars 2009 7 15 /03 /mars /2009 10:48



Un neuromythe est une croyance sur le fonctionnement du cerveau s'inspirant de théories scientifiques autrefois considérées comme valides, mais aujourd'hui réfutées.



On peut résumer la genèse d'un neuromythe de la manière suivante : premier moment, les scientifiques élaborent des hypothèses de travail dans leurs disciplines ; deuxième moment, l'hypothèse parvient au grand public via le prisme simplificateur des médias ; troisième moment, ces hypothèses vulgarisées finissent par être intégrées par le grand public bien que, entre temps, les scientifiques aient formulé de nouvelles hypothèses les réfutant. Un neuromythe apparaît donc lorsque les connaissances scientifiques du grand public sont en décalage avec les progrès de la science.

 

 


Ce mécanisme joue potentiellement pour toutes les sciences, néanmoins, il doit être fait un cas spécial pour les neurosciences dans la mesure où bon nombre de personne usent de ces neuromythes à des fins mercantiles. Parmi eux prennent bien entendu placent les suggestopédagogues qui déclarent par exemple :

 

 


« Savez-vous que nous n'utilisons qu'environ 10% de notre potentiel cérébral? La suggestopédie, en ayant trouvé les moyens étonnants de stimuler les réserves inexploitées, se révèle être une pédagogie performante, active, innovante. Elle tient compte de la globalité de l'individu (physique, intellect, conscience), qui se trouve stimulé sur tous les plans. » 

 

 


Voilà un exemple de neuromythe : le cerveau humain ne fonctionne qu'à 10% de ses capacités. On voit l'utilisation qui en est fait : « Nous, suggestopédagogues, nous connaissons les secrets du cerveau humain et sommes en mesure de porter le rendement de votre cerveau à 100% ! »

 

 


En fait, ce neuromythe remonterait aux travaux de Karl Lashley dans les années 30. Il s'est livré à des expériences sur des rats prouvant qu'on pouvait leur ôter jusqu'à 50% de matière cérébrale sans modifier leur capacité de mémorisation. D'où l'idée que toutes les potentialités du cerveau ne sont pas mobilisées.

 

 


Quant aux « 10% », ce pourcentage viendrait d'Einstein qui aurait répondu à un journaliste le questionnant avec un peu trop d'insistance sur son QI : « Et encore, je n'utilise que 10% de mon cerveau ! ». Cependant, personne n'a jamais pu retrouver cette citation...

 

 


Sur ce point, je citerai le rapport de l'OCDE intitulé Comprendre le cerveau qui, entre autre, entreprend de lever le voile sur les neuromythes : « Toutes les données en neurosciences aujourd'hui montrent que le cerveau est actif à 100%. En neurochirurgie, où il est possible d'observer des fonctions cérébrales sur des patients en anesthésie locale (le cortex ne possédant pas de récepteurs à la douleur), des simulations électriques n'ont montré aucune zone inactive, même quand aucun mouvement, sensation ou émotion n'est observé. Aucune zone cérébrale ne doit être totalement inactive, même pendant le sommeil - et en trouver signale un sérieux trouble fonctionnel (...). » OCDE, Comprendre le cerveau : Naissance d'une science de l'apprentissage, OECD Publishing, 2007, p.122

 

 


Par ailleurs, « une raison physiologique vient à l'appui de la démonstration : l'évolution ne permet pas le gaspillage. Comme les autres organes, plus que tout autre sans doute, le cerveau est façonné par la sélection naturelle. Il ne représente que 2% du poids total du corps humain, mais consomme 20% de l'énergie disponible. Considérant ce haut coût énergétique, il semble bien improbable que l'évolution ait permis le développement d'un organe dont 90% de la structure ne servirait à rien... » (Ibidem, p. 123) 

 

 


Autre neuromythe largement utilisé : la théorie des deux cerveaux. L'hémisphère gauche serait spécialisé dans le langage et la pensée rationnelle alors que l'hémisphère droit serait le siège de la représentation de l'espace et des émotions. D'où ce genre de déclaration : « L'enseignement traditionnel est basé sur l'hémisphère gauche (analyse logique, rationalité, esprit critique, ...) et néglige l'hémisphère droit (images, créativité, intuition, émotions, rêves ...). Pour augmenter nos capacités cérébrales, la méthode vise à activer les deux hémisphères. » 

 

 


Même structure que le précédent dispositif : « Nous, suggestopédagogues, nous pouvons coordonner votre cerveau gauche rationnel avec votre cerveau droit artistique afin de faire de vous des super-apprenants. »

 

 


Cependant, cette conception remonte aux travaux des neurologues Geschwind et Galaburda dans les années 70, c'est-à-dire aux balbutiements des neurosciences et, qui plus est, se basaient en grande partie sur des sujets souffrant de lésions cérébrales. Aujourd'hui, les neuroscientifiques considèrent cette théorie comme obsolète et beaucoup trop simpliste pour expliquer le fonctionnement du cerveau.

 

 


Là encore, le rapport de l'OCDE est très clair : « (...) aucune preuve scientifique ne montre une corrélation entre le degré de créativité et l'activité de l'hémisphère droit. Une analyse de 65 études en imagerie cérébrale sur le traitement des émotions souligne qu'on ne peut pas associer cette tâche uniquement à l'hémisphère droit. De même, aucune preuve scientifique ne valide l'idée selon laquelle l'analyse et la logique dépendent de l'hémisphère gauche ni que celui-ci est le siège privilégié des mathématiques, de la lecture ou de l'écriture. A l'inverse, Stanislas Dehaene (1997) a montré que les deux hémisphères sont actifs pour identifier les chiffres arabes (exemples : 1 ou 2 ou 5). » (Ibid., p. 127)

 

 


En conclusion, je constate que la suggestopédie charrie tout un galimatias pseudo-scientifique. Toute la question est de connaître le degré d'implication des suggestopédagogues dans la transmission de ces fadaises.



Ce qui ne nous laisse guère que deux options : ou bien ils arguent sincèrement des neuromythes pour prouver la supériorité de leur méthode, ce qui en fait des cuistres désolants n'ayant pas la moindre petite idée de ce qu'est la science ; ou bien ils trompent les gens en conscience et ne sont alors que de détestables bonimenteurs vendant leur camelote. Voilà, faites votre choix.



Partager cet article

Repost 0

commentaires

SEo tools 03/06/2014 13:03

As a medical student I think your blog is really an reference guide to me and you have helped me a lot by sharing many informative piece of writing in this site. The experiment that has been conducted on the rat seems to be more interesting.

sergant 16/04/2014 17:34

c'est très intéressant de savoir toutes ces choses la !!
Très éducatifs pour nos jeune!!
Merci a ceux qui ont fait cette article!!

Présentation

  • : ACIDE FLE
  • : Blog d’un prof de Français Langue Etrangère (FLE) proposant ses idées de cours ainsi que ses réflexions sur le métier de prof.
  • Contact

Recherche

Archives

Pages

Liens