Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 octobre 2011 2 25 /10 /octobre /2011 12:33

 

euros-copie-1

 

Ces dernières années, j'ai été à plusieurs reprises le témoin, fort perplexe, de la mise en place de cours de FOS dans différents contextes. Je dis « fort perplexe » car, à chaque fois, ces formations FOS me sont apparues comme étant complètement aberrantes.

 

 

Premier exemple : dans une Alliance française qui tourne depuis des années avec des cours de FLE tout simple mais qui ont fait leur preuve, une nouvelle directrice pédagogique débarque dans le cadre de la reprise en main du réseau par le Ministère des Affaires étrangères

 

 

On lui demande spécifiquement de « développer l'offre de cours », comprenez : proposer des enseignements autrement plus lucratifs que ces cours de FLE pourris qui ne rapportent pas un rond.

 

 

La directrice, à peine arrivée, demande tout de suite à son équipe de mettre en place des cours de FOS, c'est-à-dire des cours de français du commerce ou du français du secrétariat. Car ce genre de formations, contrairement au FLE, se vend aux entreprises qui peuvent potentiellement, pense-t-on, investir beaucoup d'argent dans des cours.

 

 

Je vous prie donc de bien noter l'équation sur vos tablettes : développer l'offre de cours = cours de FOS = français du commerce ou du secrétariat = fric = directrice de l'Alliance heureuse = COCAC heureux = Ambassadeur heureux = Sarko heureux.

 

 

Cette décision étant prise, on s'attelle à la conception de la plaquette faisant la promotion du nouveau cours. Marketing. Marketing. On n'oubliera pas d'accoler sur le flyer une petite pastille rouge avec écrit « NOUVEAU ! » à l'intérieur, pour bien spécifier l'originalité du cours. Par contre, pour ce qui concerne le prix, on le mettra en tout petit en bas, en gris clair sur gris foncé pour que ça ressorte bien à la photocopieuse.

 

 

Ensuite (et seulement ensuite) on doit trouver le prof qui aura en charge ces cours. Problème : personne n'a jamais fait de cours de FOS. Alors bon, après avoir fait le tour de tous les profs de français qui travaillent à l'institut, on finit par en trouver un dont la femme a pour cousin germain un type qui vend des téléphones portables, argument suffisant pour l'envoyer en France suivre une formation de formateur en FOS.

 

 

Enfin, après de longs mois de promotion des cours de FOS fait de reports pour « effectif insuffisant » et de « On vous rappelle dès que le cours commence », on parvient à rassembler péniblement une demi-douzaine d'apprenants.

 

 

Lors du premier cours, le prof s'assure que les apprenants ont bien compris le but de la formation. Et là, il apprend qu'un tel veut étudier le commerce, et non pas le français du commerce ; que tel autre est là parce qu'il n'y avait pas d'autre horaire qui lui convenait, que tel autre cherchait les toilettes et est entré dans la salle par hasard, etc.

 

 

Au bout de quelques cours, le prof finit par avouer à un des ses collègues que les élèves ne sont pas du tout intéressés par le FOS et que, par conséquent, il est obligé de faire du FLE tout ce qu'il y a de plus normal.

 

 

Ce à quoi le collègue répond : « De toute façon, je comprends pas pourquoi on s'acharne à faire du FOS, ça fait des années qu'on essaie et ça n'a jamais marché ! ». (Oui, parce que les directeurs sont intimement persuadés qu'avant eux, personne n'avait eu l'idée d'essayer de vendre ce genre de cours.)

 

 

Dans ce cas, quel est le problème ? La grande particularité du FOS étant que c'est l'apprenant qui fixe les objectifs de la formation à l'enseignant, il faut donc attendre qu'un client potentiel se manifeste pour avoir l'objectif spécifique. Mais ici, c'est l'inverse qui se produit : c'est l'Alliance qui entend susciter le besoin de formation, ce qui explique son échec (bien qu'officiellement on parlera de « démarrage en douceur »).

 

 

Mais si la plupart des Alliances n'attendent pas d'être contactées par une entreprise, c'est parce qu'elles savent bien d'une part que les entreprises ignorent complètement l'existence de ce type de cours, et que, d'autre part, elles subissent une pression croissante pour atteindre des objectifs financiers.

 

 

Le FOS apparaît donc comme le moyen de vendre du FLE à prix d'or. Malheureusement pour nos comptables, les chefs d'entreprise, qui généralement maîtrisent assez bien le concept de « rentabilité », ne voient pas pourquoi ils paieraient quatre fois le prix d'un cours de FLE classique pour avoir un cours de FOS qui leur semble éminemment suspect.

 

 

Paradoxalement, le FOS est présenté (je devrais peut-être dire « vendu ») comme une source de revenu appréciable alors même qu'il n'est absolument pas rentable. Tout d'abord, il n'est pas rentable pédagogiquement pour l'enseignant dans la mesure où il doit préparer un cours extrêmement complexe pour chaque formation. Ainsi, si on lui demande de faire cours à des ouvriers du bâtiment, à des dentistes ou à des ingénieurs en informatique, il devra préparer autant de cours.

 

 

Ce qui implique que le FOS n'est pas non plus rentable financièrement quand on rapporte le coût pédagogique et le coût du salaire de l'enseignant au nombre ridicule d'élèves concernés par ce genre de formation. Pourtant, un certain nombre de personnes persiste dans cette voie sans issue qu'est le FOS. Et cela est d'autant plus extraordinaire qu'aux dernières nouvelles, les cours de FLE rapportent infiniment plus d'argent que n'importe quels cours de FOS.

 

 

Comment expliquer cela ? J'avancerais bien deux raisons. La première est d'ordre psychologique et vaut ce qu'elle vaut. Certains directeurs avec qui j'ai pu travailler par le passé m'ont laissé l'impression qu'appartenir au monde de l'éducation était pour eux une source de regret plutôt que de fierté. Leurs discours et leurs postures en réunion donnaient vraiment le sentiment qu'ils auraient préféré être de grands capitaines d'industrie plutôt que de finir à la tête d'un institut. Du coup, le FOS semble être un moyen pour eux de se rapprocher du monde qu'ils voudraient côtoyer.

 

 

La seconde raison est sociologique et m'apparaît beaucoup plus sérieuse et inquiétante : dans le contexte d'une société où l'idéologie néo-libérale se répand partout, le FOS et autres Français professionnels constituent autant de chevaux de Troie idéologiques du monde de l'entreprise au sein du FLE. Ce phénomène étant puissamment relayé et animé dans notre secteur par la CCIP et le MAE.

 

 

Comme chacun sait, la CCIP propose toutes les formations dont vous pouvez rêver sur le FOS. Quant au MAE, il conseille désormais vivement au futur directeur d'Alliance de se prévaloir d'un diplôme en marketing et management, notamment du Diplôme d'Aptitude au Management d'Organisme Culturel et d'Education (Damoce), justement délivré par la CCIP...

 

 

D'un côté, je peux comprendre le MAE dans la mesure où pendant toute une période, la plupart des directeurs sortait tout droit de l'Education Nationale, à peine compétents en FLE, très certainement incompétents sur la gestion administrative d'une alliance et qui plantaient des structures juste parce qu'ils ne savaient pas lire un bilan comptable.

 

 

D'un autre côté, quand j'entends les directeurs nouvelles générations qui ne parlent plus d'apprenants mais de « clients », qui ne parlent plus de cours mais de « produits » et qui considèrent les enseignants comme des « prestataires de service » devant respecter un « contrat d'apprentissage », j'ai le sentiment que le mouvement de balancier va du coup un peu trop loin dans l'autre sens.

 

 

Pour ma part, je pense naïvement que la fonction d'un enseignant n'est pas de faire de l'argent, et si un jour cela le devient, ce sera la fin de la civilisation. Et qu'un institut géré convenablement peut atteindre l'équilibre financier « juste » avec des cours de FLE. Quant au FOS, il s'agit là d'un cours qui peut se faire si une entreprise en formule la demande, mais vouloir à toute force imposer le FOS au public, c'est perdre son temps et son argent.

 

Partager cet article

commentaires

Florian 05/12/2011


Ah, ah !!!! Bien joué Max. C'est dépeint avec beaucoup de vérité et c'est bien que ça soit dit ouvertement. Je vais donc y aller moi aussi de ma petite couche.

Tout d'abord, un petit encart sur le passage : " ... dans le cadre de la reprise en main du réseau par le MAE." Je ne vois pas trop ce que veut dire Max parce que ce
cher ministère, qui nous est cher au coeur, n'a pas fait grand chose pour son réseau culturel depuis des années, voire des décennies ...A part peut-être leur dernière invention miracle qui va
sauver tout le monde, la "démarche qualité". En gros, ça part d'une bonne intention avec toute une liste de critères à respecter pour l'employeur
afin d'obtenir ce fameux "label qualité" qui en rappelle un autre plus incohérent en France. Là où le bât blesse, c'est que cela se traduit dans les faits par des entretiens d'évaluation
"obligatoires" pour l'ensemble des employés, en gros les enseignants-vacataires, qui se font taper sur les doigts pour qu'ils en fassent PLUS, pour qu'ils s'impliquent
PLUS, pour qu'ils soient PLUS présents dans la vie de l'Alliance ou de l'Institut, sans contrepartie financière bien évidemment, sans considération de leurs
autres activités professionnelles (indispensables pour finir les fins de mois) et avec le devoir d'accepter sous peine de diminutions de leur volume horaire de cours. Bref, là n'est pas le sujet
mais il y aurait beaucoup de choses à dire. Alors, Max, à quand un petit article sur la démarche qualité dans les Alliances et les Instituts ??

Berf, revenons aux FOS. OUI, l'interprétation que développe Max est bien vraie. Tous les nouveaux managers-comptables veulent aller de leur petit "moi" pour initier "leur" offre de cours FOS,
celle qui révolutionnera la vie de l'Alliance ou de l'Institut. Sauf que l'ingénierie du FOS, ça existe et ça demande un long travail de recherche, d'analyse des besoins, d'élaboration de
référentiels, de formalisation des actes de formation et d'évaluation des acquis. Et le tout prend bien évidemment beaucoup plus de temps que la décision "en un claquement de doigt" d'instaurer
pour le prochain trimestre un cours de FOS. Alors, comme d'habitude, les directeurs-managers vont bien travailler sur la forme (superbe campagne de com', avec le NOUVEAU en rouge et inséré dans
une pastille pour qu'on le voie mieux) en négligeant totalement le fond. CEPENDANT, ce que voient les apprenants, c'est justement le fond. Et
s'ils ne sont pas contents, ils ne reviennent pas. Ce qui amène à l'équation inverse de celle développée par Max.


Parlons du fond justement : la sélection du prof. Le ridicule développé par Max est encore exact. En gros, cela se fait de manière plus simple. En premier, le directeur des cours va voir les
enseignants les plus compétents et leur demande de prendre en charge un cours de FOS. La plupart du temps, c'est un refus car le "vrai" cours de FOS (avec la méthodologie que j'ai décrite plus
haut), il faut le préparer et tout ça doit être "indemnisé" ou "rémunéré" à sa juste valeur ... Argument juste mais impossible à avaler pour la direction plus comptable qu'humaine. "Mais
enfin, vous n'avez pas compris que la préparation de vos cours était déjà incluse dans votre forfait horaire" m'a rétorqué mon directeur de cours sans faire le distinguo entre une préparation "avec manuel" et une préparation "sans rien". En second donc, le directeur se rabat sur les
petits nouveaux qui viennent d'intégrer la structure et qui n'ont qu'une seule envie de gonfler leur volume horaire de cours. Cela donne donc ce petit dialogue burlesque "Vous n'avez jamais
de FOS ? C'est pas grave, je vais vous donner le dernier manuel FOS de .... (éditeur 1) ou de .... (éditeur 2), vous allez bien trouver votre bonheur ..." Et les étudiants y trouveront leur
malheur, faute d'une vraie analyse sur l'offre de cours à développer pour gagner ces effectifs qui manquent de plus en plus dans les Alliances et les Instituts.


Bref, encore un gâchis qui aurait pu être évité si ce fameux réseau prenait le temps de se doter de personnes compétentes pour les postes de direction. Et le vivier est là parmi les nombreux
vacataires qui ont une meilleure connaissance des spécificités locales du marché linguistique ... Et, au final, qui paie la note salée du cours de FOS qui ferme ? : le directeur avec son salaire
d'expat' ? NON ! le pauvre petit vacataire qui voit de nouveau son "maigre" salaire mensuel jouer au yoyo.

Bref, à quand un vrai dialogue de fond entre les équipes enseignantes et l'équipe dirigeante pour éradiquer ces décisions incohérentes qui ne font que "plomber" encore plus le prestige du réseau
culturel du MAE ? Tiens, nous n'avons pas parlé de l'attaché culturel et du rôle de leur service culturel ? Max, ça te donne une idée ?

I.M. 16/02/2012


Bonjour,


je n'ai pas trouvé sur votre blog un autre moyen pour prendre contact que de poster un commentaire.


Je suis étudiante en deuxième année de LEA Anglais-Espagnol à Paris 7 parcours traduction et option FLE. Dans le cadre d'un enseignement  (qui est une vraie belle blague soit dit en passant)
de "préprofessionnalisation", je dois réaliser une enquête sur le métier que j'envisage d'exercer ou du moins sur un métier qui m'intéresse, et interviewer un professionnel.


Etes-vous en région parisienne actuellement ? (Pardonnez-moi si la réponse est sur le blog, je n'ai pas consulté tous les articles) Auquel cas, seriez-vous prêt à m'accorder un entretien ?


En vous remerciant de votre réponse,


Bien à vous,


 


I.M.


 

franceetculture 15/04/2012


Bravo pour cet article très intéressant.

solar education package 05/09/2012


Merci pour cet article, grâce à vous j'en sais plus sur la différence entre le FLE et le FOS et je suis étonné
que des cours de ce genre existent encore. 

cours espagnol 05/02/2014

Merci pour cet article, c'est intéressant!

Royan 18/02/2014

Bonjour, je tiens à vous en remercier, ce texte m'a aidé à distinguer bien des nuances.

Mary 15/03/2014

Votre article offre un point de vue intéressant néanmoins quelques bémols seraient de bon ton à votre discours surtout pour les non "fleuistes" ou les néophytes. Il est navrant de lire le portrait de certains personnes à la tête d’établissement mais il y a aussi d'autres personnes qui enthousiastes défendent la culture et la langue francophone. Je regrette que vous ayez eu une ou 2 voire 3 expériences négatives. Est-ce pour cela suffisant pour décourager certains et dénigrer le travail des autres. En revanche, je vous encourage vivement à mener une étude exhautive et scientifiquement assise sur la situation du FLE et du FOS actuellement. Un débat sur la profession de formateur -enseignant de FLE et sur sa formation et sur la reconnaissance du métier même s'imposerait. Mon expérience dans la didactique du FLE au sein de structures témoigne que bon nombre d'enseignants ne sont pas encore bien (in)formés au Français sur Objectif Spécifique mais qu'il existe bien une formation FOS ou Français sur Objectif Universitaire dans les universités. Certains pays sont plus demandeurs que d'autres concernant cette formation linguistique à visées professionnelles et donc certains établissements sont plus susceptibles de dispenser une formation appropriée aux besoins des apprenants. J'ai eu la chance de travailler en entreprise parallèlement à mes études en LEA "affaire et commerce". Je me suis intéressée à la didactique du FLE (par choix) et j'enseigne le FOS selon la demande. C'est en effet un investissement personnelle pour créer un" costume linguistique sur mesure" et c'est aussi très riche et intéressant. Reste à reconnaître les compétences et les qualités du formateur...ce qui laisse perplexe à voir le taux horaire proposé. Le FLE est un tout (langue, culture, interculturel, littérature etc.) et le fos, une spécificité (terminologique). Pour finir, je reconnais la caractère militant de votre commentaire et m'associe à votre critique implicite de la logique libérale qui tente de transformer le champ de l'enseignement/apprentissage en un vaste "marché du savoir" avec ses experts creux, sa prolétarisation des enseignants, ses clients/consommateurs en concurrence et bien sûr ses exclus! A vous lire

cure for snoring 20/05/2014

This is the first time I am reading such a detailed post on FOS. I too always had issues with understanding the basics of FOS right from the beginning. I would love to read the course offerings. Please keep posting updated information. Thanks.

Présentation

  • : ACIDE FLE
  • : Blog d’un prof de Français Langue Etrangère (FLE) proposant ses idées de cours ainsi que ses réflexions sur le métier de prof.
  • Contact

Recherche

Archives

Pages

Liens