Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 août 2011 3 10 /08 /août /2011 09:48

tbi2-copie-1.jpg

 

 

 

C'est apparemment une démarche intellectuelle bizarre pour un certain nombre de directeurs, mais avant d'investir des sommes folles dans un TBI, encore faut-il se demander si le projet a des chances de réussir, si on dispose des installations nécessaires pour accueillir ce type d'outil et, surtout, si on on a un personnel qualifié pour animer ce genre de cours.


 

Or, ce que je constate sur le terrain, c'est l'absence désarmante de toutes interrogations sur le plan pédagogique. La plupart du temps, on achète un TBI parce qu'un programme du ministère propose d'en financer l'achat dans le cadre d'une promotion des TICE. Dans ces conditions, un projet TBI n'est en rien le fruit d'une logique pédagogique, mais celui d'une logique financière du type : « Si c'est gratuit, autant se servir ! ». Le problème de savoir ensuite ce qu'on va faire concrètement avec un tel outil semble être tout à fait mineur.

 

 

Ainsi, une fois le TBI arrivé, généralement, on se contente de charger un enseignant de développer des activités « spéciales TBI » avec internet ou Hot Potatoes. Cependant, le rapport entre le coût investi et le résultat obtenu se révèle rapidement non-rentable. Et ce autant pour l'institution qui investit de l'argent dans des cours avec TBI qui ne se vendent pas forcément bien que pour l'enseignant qui investit du temps de travail pour des activités pas si « interactives » que ça.

 

 

On ne s'étonnera donc pas si, après quelques utilisations sporadiques, le tableau achève sa courte carrière au fond de la salle info à prendre la poussière au milieu des carcasses d'ordinateurs HS. Un tel échec s'explique, selon moi, par une vision trop étroite de l'utilisation des nouvelles technologies.

 

En ce qui concerne les TICE, il ne faut pas hésiter à voir grand. En effet, la nature des nouvelles technologiques, consistant à interconnecter tout ce qu'il est possible d'interconnecter, amène, de proche en proche, à modifier l'ensemble des pratiques pédagogiques.

 

 

Dans le cas précis des TBI, il faudrait tout d'abord considérer que tous les enseignants doivent les utiliser. Par conséquent, il doit y avoir un TBI dans chaque salle de cours. Ensuite, de la même manière que lorsqu'on propose une formation en FLE, on utilise des manuels de FLE, lorsqu'on propose des cours de FLE avec TBI, on se doit d'utiliser des manuels de FLE numériques.

 

 

Ces derniers se présentent sous la forme d'une clé USB qui contient le manuel que vous pouvez afficher sur le TBI et qui intègre toutes les ressources habituelles (audio, vidéos, liens internet, etc.) en un seul support. Aujourd'hui, la plupart des éditeurs de manuels de FLE en proposent.

 

 

Ceci constitue un vrai plus pédagogique. En effet, en ayant la page du manuel au tableau, il est aisé de pointer les différents éléments et de discuter plus facilement sur ce qu'on étudie dans la leçon.

 

Par exemple, vous pouvez prendre et agrandir les illustrations et autres photos à volonté. Il est aussi très pratique de pouvoir lancer un audio juste en effleurant la surface du tableau. Plus besoin de galérer pour faire marcher le lecteur CD et de s'emmêler les pinceaux dans les pistes. Ajoutez à cela que les maisons d'éditions ajoutent généralement des activités supplémentaires à réaliser sur internet.

 

 

En plus du manuel numérique, il est également envisageable d'utiliser une plateforme pédagogique type Chamilo pour créer des exercices sur mesure pour vos cours. Ce type d'outil permet de réaliser un panel très large d'exercices (compréhension orale, compréhension écrite, exercices structuraux de grammaire, exercices à trous, vidéos, etc.). Ainsi, chaque enseignant peut mettre au point les exercices complémentaires qu'il souhaite utiliser en classe ou utiliser des exercices proposés par un concepteur du centre.

 

 

Enfin, si chaque étudiant dispose de tablette numérique type iPad ou Archos, vous pouvez demander aux étudiants de faire les exercices de la plateforme individuellement pendant le cours.

 

Par exemple, vous pouvez réaliser avec eux une compréhension orale qui se déroulerait comme suit : vous vous connectez à la plateforme via le TBI, les élèves se connectent également à la plateforme via leurs tablettes, vous lancez l'audio et les étudiants répondent aux questions. Enfin, lors de la correction, vous pouvez afficher le pourcentage d'erreurs de la classe sur chaque question, afficher les bonnes réponses ainsi que d'éventuels commentaires ou transcriptions, etc.

 

 

Toutefois, vous aurez compris que pour mener à bien un projet TBI, l'investissement financier est considérable autant pour le matériel que pour la formation des profs. Aussi, si vous envisagez de développer des petits cours « sympa » pour les élèves ou pour une clientèle haut de gamme en marge d'un système pédagogique déjà en place, il n'est sans doute pas pertinent d'acquérir des TBI et vous pouvez employer votre argent à d'autres fins, comme par exemple pour augmenter les enseignants (je dis ça juste comme ça).

 

 

En revanche, si le projet est global et consiste à utiliser le TBI comme support d'autres outils technologiques comme un manuel numérique, une plateforme ou des tablettes, là, ça peut valoir le coup. Cependant, il faut impérativement disposer d'une équipe de profs aguerris aux nouvelles technologies, ce qui se révèle être malheureusement très exceptionnel.

Repost 0
31 juillet 2011 7 31 /07 /juillet /2011 16:09

tbi2.jpg

 

 

 

Étant plus ou moins doué en TICE, cela fait plusieurs fois qu'on m'approche pour développer des cours de FLE basés sur un TBI. Et cela fait plusieurs fois que j'essaye, tant bien que mal, d'esquiver le projet car je le juge complètement incohérent et irréaliste. J'aimerais ici expliquer pourquoi.


 

Tout d'abord, il faut bien comprendre ce qu'est un TBI. TBI est l'acronyme de « tableau blanc interactif », cet outil permet d'afficher l'écran d'un ordinateur et rend possible le contrôle dudit ordinateur en touchant le tableau, autrement dit, un TBI n'est rien d'autre qu'un rétro-projecteur amélioré. Déjà, présenté comme ça, on comprendra qu'il est plutôt curieux de vouloir développer des cours spécifiques avec un TBI.

 

 

En effet, a-t-on a jamais demandé à un prof de réaliser des cours spéciaux avec des rétro-projecteurs ? Non. Alors pourquoi le fait-on avec des TBI ? Cette question est restée longtemps sans réponse jusqu'à ce qu'une conversation avec un responsable m'ouvre les yeux sur une confusion lexicale au sujet du mot « interactif ».

 

 

Apparemment, pour bon nombre de personnes, un tableau blanc « interactif » renvoie à un outil permettant de créer des interactions entre les élèves. En effet, puisque le tableau blanc est interactif, il permet donc de faire des cours interactifs. Je vous prie de croire que j'ai vraiment mis du temps à comprendre ce raisonnement tant il est absurde.

 

 

Personne ne semble s'apercevoir que le mot « interactif » peut recevoir deux sens : un sens pédagogique et un sens technologique. Le sens pédagogique dans le cas d'un cours de langue est, par exemple, de créer un dialogue entre deux élèves. Le sens technologique, tout à fait différent, est de créer une interaction entre un être humain (prof ou élève) et un ordinateur.

 

 

Concrètement : quand on appuie avec son doigt sur le TBI, ça clique sur le bureau de l'ordinateur. Voilà ce que signifie « interactif » dans « tableau blanc interactif ». Je suppose que je n'ai pas besoin de développer pour faire comprendre que l'apposition d'un doigt mouillé sur un TBI n'est en rien garant d'une interaction pédagogique entre élèves.

 

 

Bien entendu, personne n'a jamais eu besoin d'un TBI pour créer des interactions, c'est à l'évidence le savoir-faire de l'enseignant qui rend un cours interactif, et non pas un bête tableau. La méprise est d'autant plus incroyable qu'il y a de très bonnes raisons pour penser que, non seulement, un TBI ne produit pas d'interaction, mais même les empêche.

 

 

Par exemple, je constate que la plupart du temps, le TBI est installé dans une salle informatique. Pourquoi ? Parce qu'un TBI est assimilé à un ordinateur, les ordinateurs sont dans la salle informatique, donc on met le TBI dans la salle informatique. CQFD.

 

 

Sauf que les profs de langue doivent dispenser leurs cours dans des salles propices à la communication. Or, une salle informatique, avec ses bureaux inamovibles encombrés d'unités centrales et d'écrans qui dissimulent les élèves au regard du professeur, constitue à l'évidence un environnement inadapté pour un cours interactif.

 

 

Ensuite, si le TBI est d'une taille gigantesque pour projeter un écran d'ordinateur, il se révèle en revanche ridiculement petit pour s'en servir de manière classique pendant un cours. Selon mon expérience, on peut écrire six phrases sur un TBI et c'est tout, ce qui limite considérablement son utilisation. Ce genre d'outil doit donc être impérativement accompagné d'un grand tableau si on veut faire un cours décent.

 

 

Enfin, certains TBI n'autorisent pas l'écriture à plusieurs mains. Si deux personnes utilisent des crayons en même temps, des traits relieront instantanément le tracé des deux stylos. Dans ces conditions, si on imagine faire une activité interactive par équipe avec, par exemple, trois élèves au tableau et trois groupes qui leur soufflent quoi écrire, ce type d'activité sera techniquement impossible. Par comparaison, le bon vieux tableau noir est infiniment plus favorable aux interactions que le TBI.

 

 

Vous comprenez maintenant pourquoi j'évite les projets TBI. C'est parce que les responsables ont des idées complètement farfelues sur ce qu'est une interaction et sur ce que permet ou ne permet pas un TBI. Du coup, ils vous fixent un objectif absurde : mettre au point des cours interactifs avec un outil qui va vous en empêcher.

 

 

Et lorsque vous expliquez que, si le but est de faire des cours interactifs, ce serait plus facile pour vous d'en faire sans TBI, vous vous heurtez alors à un mur d'incompréhension : "Mais puisqu'un TBI est interactif (sens technologique), il doit tout de même bien pouvoir permettre de faire des cours interactifs (sens pédagogique) !"

 

 

Ainsi, depuis que j'ai réalisé que c'est ce type de raisonnement qui guidait la plupart des projets TBI, je minore complètement mon expérience en ce domaine dans mon CV. C'est dommage car, comme je l'expliquerai dans l'article suivant, on peut vraiment faire des choses intéressantes avec un TBI.

 

 

Voir : Que faire avec un TBI ?

 

 

Repost 0
7 juillet 2008 1 07 /07 /juillet /2008 13:18
Repost 0
16 juin 2008 1 16 /06 /juin /2008 10:00

OBJECTIF DE L'ATELIER



Ce didacticiel a pour objectif de vous initier à la retouche d'image numérique à travers la production de documents pédagogiques utilisables en classe.


Vous allez donc produire trois documents (Cf. ci-dessous) pour introduire le vocabulaire du corps à un niveau A1-A2.


Le premier document constitue la correction de l'exercice. Les deux autres documents forment l'activité en elle-même. Sur la Fiche A est inscrit la moitié des mots de vocabulaire du corps et sur la Fiche B l'autre moitié. 


Pour organiser la classe, vous demandez à la première rangée de se retourner complètement pour faire face à un camarade de la seconde rangée. Vous demandez la même chose à la troisième rangée qui doit faire face à la quatrième rangée. Et ainsi de suite jusqu'à ce que tous les élèves soit en binôme et en face-à-face.


Une fois ceci fait, vous distribuez la Fiche A à la première, à la troisième et à la cinquième rangée. Vous distribuez la Fiche B à la deuxième, à la quatrième et à la sixième rangée.


Chaque apprenant doit alors compléter sa fiche en demandant à son binôme qui lui fait face les mots qui lui manque et inversement. Tout le monde doit parler en même temps, si possible en langue cible, mais l'objectif principal étant l'introduction active de vocabulaire, le fait qu'il parle en langue maternelle ne sera pas très grave.


Voici les étapes à suivre pour produire les trois documents (Cf. ci-dessous) nécessaires à cette activité :

1.1/ Ouvrir une image dans Gimp

1.2/ Découper une image dans Gimp

1.3/ Copier coller une image dans Gimp

1.4/ Enregistrer une nouvelle image dans Gimp

1.5/ Ouvrir une image dans Open Office Draw

1.6/ Ajouter du texte à une image sous Open Office Draw

1.7/ Copier Coller un document dans Open Office Draw




Correction

Fiche A


Fiche B





Pour commencer l'atelier, effectuez l'étape 1 :

Repost 0
16 juin 2008 1 16 /06 /juin /2008 09:59



1.1.1/ Trouvez l'icône Gimp 2 et double-cliquez dessus :
 




1.1.2/ Cliquez sur Fichier puis Ouvrir afin de faire apparaître l'image sur laquelle nous allons travailler :





1.1.3/ La fenêtre Ouvrir une image s'affiche. Cliquez sur Bureau (dans la colonne de gauche) :






1.1.4/ Cliquez sur Corps.jpg. L'image s'affiche en miniature en haut de la colonne de droite. Cliquez sur Ouvrir (en bas à droite) :






1.1.5/ La fenêtre suivante doit s'afficher. Si ce n'est pas le cas, elle doit se trouver dans la barre bleue tout en bas :






1.1.6/ Afin de travailler plus confortablement, vous allez agrandir l'image. Pour cela, suivez ce chemin : Affichage > Zoom (100%) > 2:1 (200%)





Nous allons à présent découper l'image pour pouvoir l'utiliser dans notre document pédagogique :

Repost 0
16 juin 2008 1 16 /06 /juin /2008 09:58

1.2.1/ L'objectif va être de détacher le corps de son arrière-plan. Pour découper l'image, suivez ce chemin : Outils > Outils de sélection > Ciseaux intelligents







1.2.2/ Le pointeur doit se transformer en ciseaux. Placez les ciseaux sur le bord du corps et suivez le contour. Un point mauve apparaît, avancez avec les ciseaux, cliquez, et un autre point mauve apparaît.






1.2.3/ Continuez jusqu'à revenir au point de départ.






1.2.3/ Double-cliquez à l'intérieur de l'image. Les points disparaissent et sont remplacés par une ligne pointillée.






Etape suivante:








1.1/ Ouvrir une image dans Gimp

1.2/ Découper une image dans Gimp

1.3/ Copier coller une image dans Gimp

1.4/ Enregistrer une nouvelle image dans Gimp

1.5/ Ouvrir une image dans Open Office Draw

1.6/ Ajouter du texte à une image sous Open Office Draw

1.7/ Copier Coller un document dans Open Office Draw



Repost 0
16 juin 2008 1 16 /06 /juin /2008 09:57

1.3.1/ Faites Edition puis Couper. Ce que vous avez découpé doit normalement disparaître et ne laisser place qu'à une silhouette blanche.







1.3.2/ Vous allez à présent ouvrir un nouveau document pour coller l'image découpée. Pour cela, faites Fichier > Nouveau






1.3.3/ La fenêtre Créer une nouvelle image apparaît. Cliquez sur Valider.







1.3.4/ Faites Edition > Coller





1.3.5/ La fenêtre suivante apparaît :




1.3.6/ Découpez à présent les zones situées entre les bras du corps  en répétant l'opération de découpage avec les ciseaux intelligents. Mais avant cela, vous devez impérativement enregistrer votre nouvelle image sous peine de perdre tout votre travail ! Pour ce faire, passez à l'étape suivante :






1.1/ Ouvrir une image dans Gimp

1.2/ Découper une image dans Gimp

1.3/ Copier coller une image dans Gimp

1.4/ Enregistrer une nouvelle image dans Gimp

1.5/ Ouvrir une image dans Open Office Draw

1.6/ Ajouter du texte à une image sous Open Office Draw

1.7/ Copier Coller un document dans Open Office Draw


Repost 0
16 juin 2008 1 16 /06 /juin /2008 09:56


1.4.1/ Faites Fichier > Enregistrer sous







1.4.2/ La fenêtre Enregistrer l'image apparaît. Intitulez la photo Corps1.0. Puis, cliquez sur Bureau pour placer l'image sur le bureau.






1.4.3/ Il est possible que la fenêtre Exporter fichier s'affiche. Dans ce cas, cliquez sur Exporter.






1.4.4/ A présent, vous pouvez découper les zones situées entre les bras.





1.4.5/ Une fois les derniers découpages effectués, fermez Gimp et changez de programme. Ouvrez Open Office Draw :








1.1/ Ouvrir une image dans Gimp

1.2/ Découper une image dans Gimp

1.3/ Copier coller une image dans Gimp

1.4/ Enregistrer une nouvelle image dans Gimp

1.5/ Ouvrir une image dans Open Office Draw

1.6/ Ajouter du texte à une image sous Open Office Draw

1.7/ Copier Coller un document dans Open Office Draw


Repost 0
16 juin 2008 1 16 /06 /juin /2008 09:55


1.5.1/ Allez sur le bureau et cherchez l'icône Corps1.0







1.5.2/ Faites un clique droit sur cette icône, puis Copier.






1.5.3/ Ouvrez le programme Open Office Draw en suivant ce chemin : Démarrer > Tous les programmes > OpenOffice.org 2.4 > OpenOffice.org Draw






1.5.4/ L'écran suivant s'affiche. Faites un clique droit et Coller. L'image Corps 1.0 doit apparaître en tout petit entourée de carrés verts.







1.5.5/ Pour agrandir l'image, placez votre curseur sur l'un des carrés verts et tirez vers le haut ou vers le bas à votre volonté.






Vous allez à présent ajouter du texte sur cette image pour la transformer en document pédagogique :








1.1/ Ouvrir une image dans Gimp

1.2/ Découper une image dans Gimp

1.3/ Copier coller une image dans Gimp

1.4/ Enregistrer une nouvelle image dans Gimp

1.5/ Ouvrir une image dans Open Office Draw

1.6/ Ajouter du texte à une image sous Open Office Draw

1.7/ Copier Coller un document dans Open Office Draw


Repost 0
16 juin 2008 1 16 /06 /juin /2008 09:54


1.6.1/ Pour ajouter du texte, cliquez sur le T placé dans la barre en bas de l'écran.






1.6.2/ Votre curseur se transforme en croix. Placez cette croix sur la feuille, maintenez appuyé clique gauche et tirez pour obtenir un rectangle. Tapez "LES CHEVEUX" à l'intérieur de ce rectangle. Puis, placez le curseur sur les bords du rectangle, il se transforme en croix dont les branches se terminent par des flèches. Ce curseur vous permet de déplacer le rectangle où vous le souhaitez.






1.6.3/ Vous allez répéter l'opération pour toutes les autres parties du corps :

les cheveux
le biceps
la main
le genou
le talon
le pied
le mollet
la cuisse
le coude
le ventre
l'épaule
le cou





1.6.4/ Vous allez tracer des flèches indiquant à quelles parties du corps se rapporte chaque mot de vocabulaire. Pour cela, allez en bas et cliquez sur une icône en forme de flèche :






1.6.5/ Choisissez une forme de flèche. Tracez en une entre le mot et la partie du corps en maintenant appuyé clique gauche et en tirant. Les carrés bleus de part et d'autre de la flèche servent à étirer plus ou moins la flèche. Si vous placez le curseur sur la flèche, il se transforme en croix munie de flèche permettant de déplacer la flèche tracée où vous le souhaitez.






1.6.6/ Vous allez à présent ajouter la consigne qui se trouvera dans une bulle. Pour cela, allez en bas et cliquez sur une icône en forme de bulle.






1.6.7/ Tracez une bulle en maintenant clique gauche et en tirant. Les carrés bleus servent à étirer plus ou moins la bulle et le rond jaune sert à étirer la partie pointue vers la bouche du personnage.






1.6.8/ Cliquez à l'intérieur de la bulle et tapez la consigne suivante : "Demande à quelqu'un qui a la fiche B de te passer les autres noms des parties de mon superbe corps."






Vous allez maintenant copier coller le document entier afin de constituer les trois documents finaux.

Repost 0

Présentation

  • : ACIDE FLE
  • : Blog d’un prof de Français Langue Etrangère (FLE) proposant ses idées de cours ainsi que ses réflexions sur le métier de prof.
  • Contact

Recherche

Archives

Pages

Liens